top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurMichaël Matata

LE CORPS PORTE UNE MÉMOIRE EN LUI

Nombreux sont les situations et les actes que nous vivons en étant déconnectés de notre corps.


Nous les vivons souvent sans les vivre. Sans nous autoriser les émotions et les sensations qui se présentent. Ou n’ayant pas les moyens de. Et nous passons à côté de l’expérience. Se stock alors en nous une charge. Une mémoire. Comme un « fichier » non intégré. Une mise à jour en attente…


Une cliente est venue me voir un jour pour un problème d’estime de soi.

Très vite, notre attention a été dirigée au niveau de son bassin, de ses ovaires, puis elle a écouté ses sensations se poursuivre jusque dans son ventre.

Elle est resté un long instant là, en présence des sensations de son ventre qui l’appelaient : Ma cliente a littéralement revécu son accouchement.


Son corps chauffait. Elle oscillait entre un profond inconfort et de la joie. Elle n’avait pas l’habitude de se relier à son corps, mais l’évidence était là : elle avait besoin d’aller au bout de cette sensation, aussi inconfortable soit-elle. Moi, je tenais l’espace et l’accueillait simplement.


Elle est ressortit de cette « immersion » les yeux qui pétillent. Vivante. Comme neuve…


Alors vous allez sûrement me dire « c’est pas du tout la tronche qu’une femme a après un accouchement »

Elle était rincée aussi, c’est vrai.

En tout cas après s’être autorisée à vivre cela, elle a comme ouvert une porte en elle.

Des événements comme celui-ci ont besoin d’être profondément vécus.


Voilà un exemple de mémoires du corps que l’on peut recontacter.


Mais on ne choisit pas ce qui se présente. Lorsqu’une mémoire est prête à être accueillie (parce que notre maturité, présence et sécurité actuelle le permet), elle se présente tout simplement. A ma conscience et/ou à celle de mes clients…




5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page